accaparemment des terres au Sénégal

https://www.youtube.com/watch?v=j39zRrhnfPQ

La souveraineté alimentaire s’arrête là où commence l’accaparement des terres.
Au Sénégal, comme dans beaucoup de pays du monde, les terres sont rachetées ou louées par des entreprises ou des pays étrangers pour mettre en place de grandes exploitations vouées à l’exportation. C’est ainsi que la Corée du Sud s’est accaparé des milliers d’hectares de terres malgaches pour assurer l’alimentation de son pays… ou que de nombreux pays de l’Est africain sont squattés par certains pays du golfe… au détriment, bien sûr, des populations paysannes locales, déjà pauvres pour la plupart, qui se voient voler leurs terres.
Pas de terre… pas de revenus et pas d’alimentation saine… et de gros problèmes de pauvreté, malnutrition…
Dis comme ça, ça semble injuste et inimaginable…
Pourtant, c’est notre réalité de tous les jours… Pour satisfaire notre mode de vie très confortable, nous contraignons les pays pauvres à accepter nos règles injustes du commerce international et valider l’accaparement de leurs richesses… agricoles ou autres. Nous en sommes complices tous les jours, lorsque nous faisons nos courses ou utilisons les énergies qui accompagnent nos vies. Et c’est pas comme si nous n’avions pas le choix !

Aujourd’hui, 26 000 hectares de terres sénégalaises sont réquisitionnées par une entreprise italo-sénégalaise, 37 villages et 9000 personnes concernés  pour la production d’huile de tournesol pour le marché européen et de patates douces… non pas à manger, non !! A mettre dans nos moteurs pour squatter le périph! (puisque dans l’essence maintenant, il y a 10% d’agrocarburants)
Oups ! Ca fait un peu mal au moral, non ?

Que faire ?

– Un don à une ONG humanitaire ?
Oui, si on veut que ça reste comme ça…

Sinon, en responsabilité, il y a d’autres alternatives :
– Planter des légumes, des fruits pour soi et son entourage, se lancer dans la paysannerie
– Consommer local, ce n’est pas que pour créer des emplois stables en France, c’est aussi et surtout pour arrêter cette colonisation des terres, des richesses et cette exploitation des vies humaines des pays du Sud.
– Voter pour des élus qui remettront en question ces lois injustement établies.
– Et tout de suite : s’engager auprès d’ONG du Sud qui font valoir leurs droits :
Ce matin, une pétition à signer : http://www.peuples-solidaires.org/appelurgentsenegal/

Ouf, un autre monde est en marche !
Bonne journée
Fanny

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *