Le jardin des femmes de Golo…

IMG_2231Nous n’avons malheureusement pas vu les 5 femmes qui travaillent sur ce jardin car les quelques pluies récentes ont été propices pour semer le maïs et les haricots, mais c’est Julien le propriétaire et coordinateur du site qui nous a accueilli. Les 3 jours et 2 nuits à la belle étoile que nous avons passés sur cette ferme, ont été une belle expérience. Elle se situe dans un petit village à l’extérieur d’Abomey Calavi. La mission a été de mettre en place 10 planches de pépinières, que nous avons semées : tomates, poivrons, piments, salades, aubergines et choux. Les semences à l’essai, de fournisseurs habituels (kokopelli et le potager d’un curieux), ne sont que des espèces anciennes et rustiques. Si l’expérience fonctionne comme on l’espère et que toutes ces petites graines sortent et s’adaptent bien, Julien pourra reproduire les semences et viser l’autonomie ! Nous avons eu le plaisir lors de ces quelques jours d’aller voir une coopérative artisanale de femmes produisant du jus d’ananas. Depuis la découpe des fruits à la mise en bouteilles, tout est fait à la main, et croyez-moi c’est succulent ! Nous avons aussi rencontré le Chef du village qui nous a offert des bananes et fait visiter une distillerie de jus de palme IMG_2245artisanale elle aussi ! Enfin, le point fort de ce séjour à Golo, l’échange des dessins de nos petits amis du centre du vieux moulin avec une classe de CM2. Les enfants ravis et emballés par l’idée ont réalisé de magnifiques dessins  par groupes, de façon participative et coopérative dans le plus grand calme. Impressionnant …et émotif, lorsqu’ils nous ont chanté l’hymne nationale du Bénin ! L’enseignant lui aussi très emballé par l’idée s’est empressé de nous écrire son contact dans l’espoir de lui trouver un enseignant français pour une future correspondance. Nous voilà près pour l’échange de dessin au retour en France !

Marc

 

C’est dimanche !

IMG_2088Le jour de faire quelques visites bien intéressantes. Nous sommes d’abord passé voir Pierre, un paysan bien installé en conventionnel et en bio, comme cela se fait souvent ici. Entre champs d’ananas et d’igname, il possède environ 80 ha. Pour diversifier son activité et dans le but de protéger un peu plus la biodiversité, il se lance dans l’apiculture.  Equipés de 6 ruches canadiennes, il produit un miel de saveur douce et fruité et de couleur brune, que nous avons eu le plaisir de goûter avec un jus de citrons fraîchement cueillis.  Nous avons poursuivis notre balade par un déjeuner chez la famille Jah. La mère et le père Jah, comme leur nom l’indique sont des Rasta bien pratiquant. Mais ils ont surtout construit « écolojah », un centre d’agro-écologie et une école. Ici, ils cultivent les légumes, l’éducation et la paix en toute simplicité et en communion avec la nature. C’est à travers leurIMG_2092 philosophie de vie qu’ils se sont investi dans la formation à l’agro-écologie, la protection de la planète et la défense d’une pan-afrique à la recherche de ses origines humaines et culturelles ! La journée s’est terminé une petite fête de village, ou nous étions invités par Gaston pour goûter son fameux poulet bicyclette et son cochon grillés, le tout dans une ambiance musicale autour du feu !

Marc

Cuisine locale et gastronomie béninoise…

IMG_1861Armelle, c’est le nom de nôtre super cuisinière ! Ses bons petits plats préparés sur le « kopoté », un récipient en métal de récupération, mobile, dans lequel on dépose du charbon qui permet de chauffer une grosse marmite. Avec ce seul outil, elle nous prépare de délicieux mets en quantité deux fois par jour ! Les plats sont principalement constitués de féculents, accompagnés d’une sauce. Spaghettis, riz, manioc, igname, haricots ou encore farine de maïs, constituent le corps du plat. Puis il y a la sauce, toujours cuisinée sur une base de concentré de tomate, elle y ajoute des oignons, des feuilles diverses (basilic sauce, amaranthe, morelle, sauce feuille, choux, carotte…) et quelques morceaux de sardines. Pour les estomacs sensibles, les plats ne sont IMG_1800pas épicés, mais le pili-pili n’est jamais bien loin ! N’oublions pas la marchande de beignets salés ou sucrés, qui tous les matins fait rayonner notre petit déjeuner ! Puis il existe tant d’autres petites spécialités locales telles que l’igname et la patate douce frites, les gâteaux de haricots ou encore les couli-couli, de petits bâtonnets d’arachides pilés…Pour le dessert, nous ne manquons pas d’ananas frais, de mangues et de banane !

Pauline, Aurore et Marc

Ouedo un projet bien lancé…

IMG_1959Ce n’est pas vraiment un jardin mais plutôt une parcelle de production agricole où s’est installé un groupement de dix jeunes producteurs. Ces étudiants, en fin de cycle universitaire pour la plupart,  ne trouvant pas de travail, ont décidé de se réunir sur un terrain d’environ un hectare pour fournir à la population locale des légumes bio. Ils ont donc créé ce groupement appelé « terre et prospérité », qui doit leur permettre à chacun d’obtenir un petit revenu.  A travers les planches de basilic sauce, de grandes morelles, d’amaranthes et de carottes, tous travaillent dans la bonne humeur. Notre mission de trois jours et demi sur ce jardin a été de les aider à défricher et aplanir un coin de la parcelle dans l’objectif d’y installer des lignes de tomates équipées d’une irrigation au goutte à goutte. Nous avons donc élaboré le plan et pris les dispositions pour que cette installation soit fonctionnelle à long terme et optimale. Ce sera 3 bidons de 200 L installés sur des trépieds à 2,5 m de hauteur qui alimenteront 6 rangs de tomates. Nous avons aussi appris et aider à construire 3 andains de compost. Montés comme des lasagnes, en intercalant des couches de végétaux secs et frais et de la fiente de poules (mélangés à des copeaux de bois). IMG_1937Le tout est bien arrosé à chaque couche et recouvert de feuilles de palmiers pour conserver l’humidité et protéger du lessivage en cas de pluie. D’autres petites activités ont complété ces deux grandes missions : désherbage des plants de carottes et confections de pépinières de tomates, poivrons, piments, aubergines à partir de graines de kokopelli et du Potager d’un Curieux. Nous avons aussi participé à des ateliers d’extractions de graines de tomates et de piments. L’évaluation est dans une semaine, nous verrons ce qui est sortie des pépinières !

Marc

A vos houes !

IMG_1845Première journée de travail, démarrée un peu plus tard que prévue (nous attendions la vendeuse de beignets aux spaghettis pour le petit déjeuner…) mais tout de même productive. Après avoir récupérer nos amis béninois :Célia,  Hubert, et André, et avoir fait l’expérience de monter à 15,(oui 15 ! vous avez bien lu…) dans le 4X4, nous sommes arrivés, chargés de matériel sur le jardin de Ouedo. Là le groupe de 7-8 jeunes travaillant sur ce jardin nous attendait ! Ils ont finis leurs études et pour la pluparts ne trouvent pas de travail. Alors ils ont décidé de monter un groupe et de lancer ce jardin pour avoir un petit revenu et pouvoir manger leurs productions. Notre première mission a été   d’aplanir un terrain déjà débroussaillé à l’aide de houes et de râteaux en vue de confectionner des planches de cultures. Un peu chaud quand même ! Nous avons continué par un atelier d’extraction de semences de tomates selon la technique de Noël : en douceur avec la chair, laisser reposer 24 h, rincer 3 fois et laisser sécher 2 bonnes semaines à l’ombre. Le paysan qui héberge ce groupe de jeunes maquisards, nous à emmener par la suite chez Isidore, conseiller du village et maraîcher d’expérience. Isidore a commencé il y a environ 20 ans avec 6 planches de cultures, aujourd’hui il possède 6 ha et emploie une dizaine de personnes. Ses méthodes sont très conventionnelles mais il s’efforce de s’améliorer et d’échanger sur son travail, et avec grand plaisirs ! A travers les cultures de la grande morelle, basilic sauce, piment, igname, bananier, papayer, aubergine et tomate, il nous a livré le secret de sa découverte. Mr Isidore alterne tomate et maïs sur la même parcelle pour éliminer et casser les cycles des nématodes ! Belle innovation. Nous sommes repartis sur les IMG_1869pistes pour finir la journée au jardin de Calavi où nous avions rendez-vous avec Tomassian pour un atelier d’extraction de semences de la grande morelle qui est un peu différente de celle de la tomate même si elle aussi est de la famille des Solanacées… La suite des travaux prochainement ! Et est arrivé le temps de la détente, merci Noël ou la tournée de béninoise bien fraiche, en musique s’il vous plaît !

Marc

Nous sommes arrivés !

IMG_1735Après un long voyage en avion qui nous a permis de liquider notre économie d’empreinte carbone, nous sommes enfin arrivés au Benin ! Accompagnés de Noël Comlan Ahononga, le président de I2D, nous avons lancé le départ d’un petit voyage dans notre 4X4 toutes pistes à travers les couleurs nocturnes de Cotonou qui a l’air de ne jamais s’arrêter de vivre. Notre chauffeur Liliwane nous a emmené dans notre logement pour le séjour, une grande maison en construction à l’extérieur d’Abomey Calavi. A notre plus grand bonheur, eau froide de rigueur et électricité, tout le confort de chez nous, un dépaysement total ! Mardi, le point fort de la matinée a été la rencontre de nos compagnons de mission, Hubert : animateur de jardin à I2D bénin et Agronome de formation ; Célia : étudiante en géographie et André : Technicien agricole et jardinier avant tout. Trois jeunes qui comme nous ont mis les pieds dans l’agroécologie et expérimentent des techniques. Nous sommes partis tous ensemble faire la visite des trois jardins sur lesquels nous allons travailler : Calavi en pleine ville, Ouedo en zone péri-urbaine et Golo en zone rurale. Mais avant tout cela, nous avons fait étape dans le premier jardin lancé par I2D, qui aujourd’hui tourne très bien et tout seul ! Ce jardin s’est même diversifié avec un petit élevage de porcs et bien sûr IMG_1743des poulets bicyclettes ! Les jardiniers nous ont fait découvrir à notre grande joie le vin de palme au goût sucré et rafraichissant (Aurore est devenue fan !) et le fameux Sodabi, que l’on appellera plus communément chez nous eau de vie de palme ! Ce breuvage issu d’une distillation artisanale,  « désinfecte l’intestin grêle » si l’on reprend mot pour mot notre hôte du moment. Bref une première journée tranquille, qui s’est terminée par une petite découverte de la faune du quartier (tourterelle rose, tisserin et divers lézards…) et une bière béninoise bien fraîche dans le maquis du coin !

Marc

Des bonnes nouvelles !

La première…

Samedi matin, je me suis rendu chez Jean-Luc Daneyrolles du Potager d’un Curieux ici, dans la jolie campagne de Saignon (84). Ce semencier de renom, qui se bat avec énergie pour la graine libre, les semences paysannes fertiles et de qualité, la souveraineté alimentaire à porter de main, nous a généreusement fait un don de semences paysannes d’une trentaine d’espèces allant de la tomate aux salades. Dans l’objectif du développement des potagers de biodiversités, ces petites graines vont faire l’objet d’une expérimentation portant  sur l’adaptation d’espèces potagères rustiques sur les jardins que nous allons côtoyer, mais aussi de monnaie d’échange car le troc de graines, c’est une nécessité et surtout c’est l’avenir ! Nous ne manquerons pas de donner à Jean-Luc quelques nouvelles de ses petites semences ! 

Et la deuxième….

Nous avions il y a quelques semaines monté un dossier Idées’jeunes auprès du Conseil Général des Bouches du Rhône, dans l’espoir d’obtenir une bourse et de concrétiser le projet sur le territoire.

Lire la suite

Rêves de jardin…

IMG_0004

Vive les tulipes !

C’est vendredi dernier, dans une petite salle du Centre d’Animation du Vieux moulin à Salon  de Provence que notre aventure vient de démarrer. Valéry et Alexis, des animateurs du centre ont réuni une dizaine d’enfants du quartier de la Monaque, âgés de 6 à 10 ans. Nous leur avons brièvement présenté le fond de notre projet et le voyage au Bénin. Très intéressés les enfants nous ont posé une foule de questions portant autant sur les conditions de vie, que la culture, la religion et bien sûr la nourriture. Nous avons bien pris soin de noter toutes ces questions, et nous ne manquerons pas de leur ramener à notre retour des réponses bien complètes et illustrées. Enfin nous avons lancé le cœur de cette rencontre avec les enfants, une petite activité banale mais qui plaît toujours, du dessin, et avec comme thème conducteur : « le jardin de ses rêves ». Les enfants se sont appliqués à dessiner puis colorier, afin de donner vie au papier. EntreIMG_0006 potagers, arbres, buissons, clôtures et papillons, ils n’ont pas oublié de dessiner la piscine pour se rafraîchir en saison chaude.   Après avoir signé de leur nom et de leur âge leurs réalisations, nos jeunes dessinateurs nous les ont remises en espérant bien recevoir à leur tour le jardin d’un petit correspondant béninois. Mission acceptée les enfants ! Armés de crayons de couleur et de papier nous irons donc à la rencontre des petits béninois !

Nous remercions bien tous nos nouveaux petits compagnons d’aventure, et bien évidement Valery et Alexis pour leur implication dans ce projet, leur efficacité et pour l’agréable moment que nous avons passé en leur compagnie !

 Chers internautes, à bientôt

Marc

Partage et jardinage au Bénin, le projet est lancé !

Jardiniers, paysans(nes), écocitoyen(nes), enfants, jeunes, adultes et tous ceux qui sont intéressés, vous allez pouvoir suivre un projet d’échange agroécologique au Bénin sur cette page blog.

Qui sommes-nous ?

4 jeunes : Aurore, Pauline, Camille et moi-même, Marc. Sans forcément le savoir, nous sommes des maquisards dans l’âme. Nous nous réunissons autour d’intérêts communs comme la sauvegarde de notre belle planète ou encore le droit des peuples du monde entier, à accéder à une alimentation saine et durable. La lutte de l’accès à la terre, à l’eau, à la nourriture et aux semences est un combat qui peut nous rapprocher tous les jours, encore plus quand 2014 est l’année de l’agriculture familiale. L’agroécologie au cœur de ce projet ne va être qu’un fil conducteur à travers une expérience qui se veut avant tout humaine et d’où nous espérons tous en sortir changer ! Un bouleversement culturel et bienfaiteur pour prendre conscience de la diversité sous toutes ses formes.

Et concrètement alors ?

Ce projet initié par l’association Afrique En Vie  (http://www.afrique-en-vie.com/), se base sur un système d’échange de savoirs, de techniques, de compétences afin de découvrir ou d’améliorer nos approches de l’agroécologie.

Lire la suite

Un projet d’échanges sur l’agroécologie au Bénin

benin1La question de la souveraineté alimentaire est centrale dans le projet d’Au Maquis… souveraineté alimentaire en France, au Bénin, à Cuba, en Corée : cette question est au centre des problématiques de pauvreté dans le monde, de malnutrition, de dépendances, de guerres, de violences… Comment travailler dans le sens de la souveraineté alimentaire de tous les pays du monde ? En commençant ici et maintenant : en plantant des légumes, en achetant localement, en boycottant, mais aussi en échangeant avec les autres peuples du monde, en partageant cet objectif et en se nourrissant des expériences de chacun.

2014 est l’année de l’agriculture familiale. Lire la suite