Un tournoi de foot libertaire !

testata_sito_2014_defGilles nous appelles et hop nous voila parti avec une équipe de sardines dégarnies pour… la coupe du monde!!!

Hé oui la vrai coupe du monde, la seule, l’unique!! Elle a lieu à Bologne en Italie depuis maintenant 18 ans et ce ne sont pas moins de 170 équipes qui s’affrontent dans une bonne humeur de tous les instants. L’objectif du Mondiali Antirazzisti est bien de  faire se rencontrer des équipes du monde entier avec des règles de foot libertaire… Mais en quoi le foot libertaire (et non libertin) peut il bien être différent?

On est là pour s’amuser, régaler les partenaires de passes et ouvertures magnifiques puisqu’ici la passe est reine ! Sans la passe le foot devient un jeu ennuyant ou la starification de certains produits, un jeu lisse et répétitif… alors que l’éloge de la passe !…

Mais surtout une règle saute aux yeux de suite et indique bien la portée qu’une règle peut avoir… l’interdiction du tacle ! Mais quelle amputation du jeu s’exclameront tous les defenseurs du monde fan du tacle glissé, à la fin duquel nous nous relevons balle au pieds pour relancer notre équipe dans une contre attaque de folie… Oui je vous l’accorde c’est agréable de glisser sur une herbe verte et humide, mais combien de tacles ne sont pas maîtrisés, combien de chevilles sont emportés et combien de belles actions ne finissent pas à cause d’un boucher? Et le fait de changer une si petite règle a une influence énorme sur le jeu ! Lire la suite

Des centrales électriques villageoises dans le Luberon

Hier nous avons assisté à une réunion à Villelaure organisée par le Parc du Luberon pour nous expliquer le fonctionnement des centrales électriques villageoises, en se basant sur les expériences positives réussies en région Rhône-Alpes.
Comment ça fonctionne une centrale villageoise?
Un groupe d’habitants se rassemble pour construire ensemble une unité de production électrique renouvelable. En mettant leurs économies en commun, cela permet de pouvoir avoir des volumes de production suffisant pour envisager une vraie transition écologique. Ainsi en Rhône-Alpes le village a réussi à produire l’énergie suffisante en panneaux photovoltaïque pour 30 foyers avec l’épargne de 180 particuliers.
Les collectivités s’associent au projet de manière différentes, certaines investissent dans le projet, d’autres prêtent leurs toits, d’autres encore offrent une part de panneaux solaire aux nouveaux nés de la commune… Et sûrement encore d’autres vont s’inventer au fil de l’ouverture de nouvelles centrales! Lire la suite

Journée des luttes paysannes à Lauris : action réussie !

lauris 1Les terres agricoles ne doivent plus rester en friche ! C’est ce que sont venus dire des dizaines de citoyens producteurs et « mangeurs » lors la journée d’encouragement des actions paysannes du monde entier. Ca s’est passé à Lauris et les participants ont labouré un champ en friche sur lequel le propriétaire n’a pas de projet agricole. Nous avons semé du sorgho et des tournesols pour écrire ZAP :

Zone Agricole Protégée.

lauris2

C’est ce que nous voulons, citoyens et paysans réunis, des terres agricoles protégées de la pression foncière et de l’urbanisation à tout va, des terres travaillées par des paysans pour recréer des emplois durables et la vie des villages du territoire. Tant que nous mangeons des produits agricoles, nous sommes tous concernés !

Témoignages de cette journée : https://www.youtube.com/watch?v=zac1IQq8cD8

Infos sur cette journée paysanne dans le monde : via campesina

Fanny

accaparemment des terres au Sénégal

https://www.youtube.com/watch?v=j39zRrhnfPQ

La souveraineté alimentaire s’arrête là où commence l’accaparement des terres.
Au Sénégal, comme dans beaucoup de pays du monde, les terres sont rachetées ou louées par des entreprises ou des pays étrangers pour mettre en place de grandes exploitations vouées à l’exportation. C’est ainsi que la Corée du Sud s’est accaparé des milliers d’hectares de terres malgaches pour assurer l’alimentation de son pays… ou que de nombreux pays de l’Est africain sont squattés par certains pays du golfe… au détriment, bien sûr, des populations paysannes locales, déjà pauvres pour la plupart, qui se voient voler leurs terres.
Pas de terre… pas de revenus et pas d’alimentation saine… et de gros problèmes de pauvreté, malnutrition…
Dis comme ça, ça semble injuste et inimaginable…
Pourtant, c’est notre réalité de tous les jours… Pour satisfaire notre mode de vie très confortable, nous contraignons les pays pauvres à accepter nos règles injustes du commerce international et valider l’accaparement de leurs richesses… agricoles ou autres. Nous en sommes complices tous les jours, lorsque nous faisons nos courses ou utilisons les énergies qui accompagnent nos vies. Et c’est pas comme si nous n’avions pas le choix !

Aujourd’hui, 26 000 hectares de terres sénégalaises sont réquisitionnées par une entreprise italo-sénégalaise, 37 villages et 9000 personnes concernés  pour la production d’huile de tournesol pour le marché européen et de patates douces… non pas à manger, non !! A mettre dans nos moteurs pour squatter le périph! (puisque dans l’essence maintenant, il y a 10% d’agrocarburants)
Oups ! Ca fait un peu mal au moral, non ?

Que faire ?

– Un don à une ONG humanitaire ?
Oui, si on veut que ça reste comme ça…

Sinon, en responsabilité, il y a d’autres alternatives :
– Planter des légumes, des fruits pour soi et son entourage, se lancer dans la paysannerie
– Consommer local, ce n’est pas que pour créer des emplois stables en France, c’est aussi et surtout pour arrêter cette colonisation des terres, des richesses et cette exploitation des vies humaines des pays du Sud.
– Voter pour des élus qui remettront en question ces lois injustement établies.
– Et tout de suite : s’engager auprès d’ONG du Sud qui font valoir leurs droits :
Ce matin, une pétition à signer : http://www.peuples-solidaires.org/appelurgentsenegal/

Ouf, un autre monde est en marche !
Bonne journée
Fanny