La mort programmée des poules

L’aventure du Maquis à commencé avec un élevage d’une centaine de cocottes. Elles avaient déjà plus de deux ans. Trop vieilles pour beaucoup pour faire des beaucoup d’œufs, on a décidé de les garder. Au début, on n’a pas regretté. Elles nous faisaient 80 œufs. Pour une centaine de poules, ce n’est pas très bien !
Mais ça c’est mis à décliner … Et là, il a fallu réagir. On a réussi à en donner une bonne 60aines mais que faire des dernières. On pouvait plus les garder. On s’était transformé en maison de retraite pour gallinacées mais on perdait beaucoup de « blés ». Alors, après de nombreuses discussions, on s’est dit qu’on allait les tuer pour les vendre au ami(e)s pour de la poule au pot.
Et ben, triste aventure que l’abatage de volaille. Ça fait réfléchir sur le fait de manger de la viande. Dans le froid, les odeurs… 3 étapes : la mise à mort, le plumage, le vidage… On a développé des techniques et nos gestes, en essayant de faire au mieux jusqu’au bout pour les cocottes, d’assumer notre responsabilité. Mais que d’émotions ! Ouf ! C’est fini et les amis(es) les ont savourées ! (pas question d’en gaspiller une miette !)

Merci à tous ceux qui ont participé mais je ne pense pas que je recommencerai.

poule-pot

Cat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *