Vidéo des Rencontres éco-citoyennes de Mérindol 2013

Les Rencontres éco-citoyennes, encore un beau succès pour cet événement fédérateur et militant. Deux grands thèmes et plein d’actions mises en place pour ces 2 jours sous le soleil.

La question paysanne au centre de nos préoccupations.


Un marché des paysans locaux a été animé pendant 2 jours au cœur des Rencontres.
Marc Dufumier a présenté une conférence sur  l’agriculture et la paysannerie dans le respect de la Terre.
De Madagascar à NotreDame des Landes et la Voguette de ,Cavaillon les problématiques sont les même : lutte contre l’accaparemment des terres, préservation des zones agricoles… elles posent les questions de souveraineté alimentaire et de devenir des paysans dans le monde.

Fête éco-citoyenne dans le village de Mérindol et réappropriation citoyenne :
– Stand de tricot de l’association du 3ème âge de Mérindol
– Marché  gratuit animé par Monique
– Atelier cuisine dans la rue animés par Claude  avec les restaurateurs de Mérindol
– Place de la Mairie consacrée aux jeux : jeu de l’oie géant, jeux de bois, jeux de carte ou de société…
– Massages dans la rue par Olivia
– Arbre à utopies sur la réappropriation citoyenne à Mérindol
– Atelier musique dans la rue…
– Inauguration du jardin partagé de Mérindol
– Jeux de piste des vitrine des commerçants et loto des commerçants

Le village a recrée cette année un pont avec les Rencontres pour de beaux moments de convivialité.

Une réflexion au sujet de « Vidéo des Rencontres éco-citoyennes de Mérindol 2013 »

  1. Jean BARRET

    Je me rendais tout récemment de Pertuis à Avignon, lorsque j’ai été victime, alors que la nuit venait de tomber, d’un éclatement de pneu, peu après avoir dépassé Lauris. Je me suis traîné, comme j’ai pu, avec un pneu avant droit en lambeaux jusqu’à Mérindol espérant y trouver l’aide dont, octogénaire et cardiaque avéré, j’avais, en la circonstance, un réel besoin.
    Dire que je l’y aie trouvée serait peu dire car j’ai trouvé là, bien plus encore, à savoir l’expression la plus spontanée de la solidarité, non celle dont on nous rebat les oreilles depuis des lustres, mais celle, chaleureuse et spontanée qui vient du cœur même des êtres.
    A peine étais-je entré dans le petit café de l’avenue des Brulières pour téléphoner à mon épouse (j’avais fâcheusement oublié mon portable à la maison) que tout le monde s’est mobilisé pour venir à mon secours. Le tenancier ainsi qu’un client particulièrement aimable dont je ne connais hélas pas le nom, ont pris les choses en mains appelant immédiatement à la rescousse « un jeune » selon leur propre expression, lequel, arrivé presque aussitôt a fait l’impossible pour me sortir d’embarras.
    Je ne suis pas près d’oublier le nom de cet homme particulièrement obligeant Cédric DARBOUSSET qui
    n’a pas hésité à passer une bonne partie de sa soirée, au détriment de ses obligations familiales, pour aider un inconnu.
    Puisse-t-il trouver, ici ainsi que tous les adorables Mèrindolais qui m’ont aidé, y compris bien sûr Monsieur COMBE le garagiste, mes remerciements les plus vifs. Tous font, à mon avis, honneur à leur cité.
    On découvre ainsi parfois des lieux qui vous donnent envie de croire encore à l’humanité. Mèrindol de toute évidence, est de ceux là !
    J B

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *