Récolte d’olives du maquis 2012

Ca y est on est en décembre, le temps du froid arrive ! Au Maquis, on adore cette période car souvent il y a un grand soleil et surtout on commence la récolte des olives ! C’est génial de récolter les olives, on arrive au pied des arbres avec nos rateau d’enfant et nos grand filets, on pose le filet au sol et c’est parti pour quelques minutes à quelques heures … Hé oui y a des gros et des petits oliviers.

On prend nos rateaux et hop on coiffe les oliviers, les branches qui pliaient sous le poids des olives se redressent au fur et à mesure que nous faisons tomber les grappes de fruits verts et fripés par terre. C’est super et pas trop fatiguant en plus, on est debout la tête en l’air et on discute entre amis, car au fil des jours on sera bien une douzaine à passer dans les oliviers.

C’est génial les récoltes collectives ! Car on est entre amis en rond autour de l’arbre a se raconter des blagues ou lancer des grands débats sans fin. (Des fois aussi, il y en a un qui te met une chanson dans la tête qui te quitte pas de la journée !). Une fois l’olivier vidé de ses belles olives on passe au suivant et ça continue comme cela pendant deux semaines…

Cette année c’est Philippe qui nous a contacté et nous avons découvert un nouveau champ à Eiguilles (hé oui Au Maquis on a pas d’oliveraie, on ramasse pour des personnes qui ne les ramassent plus et on partage la récolte). Philippe a une oliveraie de famille de 600 petits oliviers qu’il n’a pas le temps de récolter. Il est content de faire appel à une association.

On va en profiter pour les porter au moulin à huile de Velau … car ils font une presse à l’ancienne. Ils laissent les olives fermenter un peu avant de les écraser sous une très grosse pierre. C’est ensuite que vient la presse. La pate à olive est empilée dans des « escourtins » (sorte de dessous de plat en toile de jute) lesquelles sont écrasés très fort pendant plusieurs jours afin d’en extraire l’huile lentement. C’est une très vieille technique utilisée en Provence que nous ne connaissions pas.

La récolte a été plus petite cette année mais nous avons découvert une nouvelle belle oliveraie et une nouvelle façon de presser alors il y a de quoi être heureux devant ces 200 litres de belle huile dorée ! Hummm on va se régaler toute l’année dans nos cuisines.

Eric

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *